Contagion de la bronchite

Sommaire

La bronchite chronique n'est pas une pathologie contagieuse, seules les exacerbations de bronchite chronique peuvent être contagieuses lorsqu'elles sont d'origine infectieuse. En revanche, la bronchite aiguë est la plupart du temps une maladie d'origine infectieuse très contagieuse, créant des épidémies hivernales. Pour limiter sa contagion, il est crucial de suivre les mesures de prévention générale et de procéder aux vaccinations recommandées.

Transmission de la bronchite aiguë

La très grande majorité des bronchites aiguë sont des bronchites virales ou bactériennes. Ces pathologies infectieuses sont particulièrement contagieuses. Elles se transmettent par deux moyens :

  • de manière directe de personne à personne par la toux, les éternuements, la salive, les postillons, les larmes, etc. ;
  • de manière indirecte par les objets souillés (vaisselle, mouchoirs, linge, tétines, biberons, jouets...).

Il est important de noter que certaines formes particulières de bronchite aiguë ne sont pas contagieuses, car elles ne sont pas d'origine infectieuse mais allergique :

Bon à savoir : les épidémies de bronchite aiguë surviennent chaque année en automne et en hiver. Première infection bronchopulmonaire en fréquence, la bronchite aiguë touche tous les âges de la population avec environ 10 millions de cas diagnostiqués par an en France.

La prévention de la contagion de la bronchite

Les mesures de prévention de la bronchite sont essentielles pour limiter l'extension des épidémies et surtout prévenir la transmission aux personnes fragiles (jeunes enfants, femmes enceintes, personnes âgées) ou aux sujets à risque (personnes atteintes de pathologies chroniques) :

  • des mesures générales d'hygiène :
    • le lavage des mains aussi souvent que possible ;
    • le recours à un gel hydroalcoolique lors des déplacements ;
    • l'utilisation de mouchoirs jetables à usage unique ;
  • l'aération quotidienne des chambres et éventuellement l'humidification de l'air des chambres ;
  • la suppression de toute exposition au tabac, à la pollution atmosphérique et aux substances irritantes ;
  • des précautions vis-à-vis des objets potentiellement souillés : éviter le partage des jouets ou de la vaisselle, nettoyage des objets ;
  • limiter la fréquentation des lieux publics, éviter la mise en collectivité des enfants atteints ou fragiles.

Chez les personnes fragiles (jeunes enfants, femmes enceintes, personnes âgées) et les sujets à risques (personnes atteintes de pathologies chroniques), des mesures de prévention complémentaires peuvent être recommandées :

  • le port d'un masque de protection ;
  • le traitement préventif et systématique de toute infection ORL ;
  • des soins bucco-dentaires de prévention ;
  • la prévention vaccinale en fonction des recommandations.

Les vaccins contre la contagion de la bronchite

La bronchite infectieuse peut résulter de l'infection par divers virus et bactéries. Il n'existe donc pas de vaccin contre la bronchite infectieuse. En revanche, certains vaccins protègent contre l'infection par certains agents infectieux responsables de bronchite aiguë.

Pour faciliter la vaccination, la compétence des infirmiers, pharmaciens et sages-femmes a été étendue en matière de vaccination et de prescription de vaccins par le décret n° 2022-610 du 21 avril 2022 et le décret n° 622-611 du 21 avril 2022.

Vaccins obligatoires

Les vaccins contre la coqueluche, contre les infections à Hæmophilus influenzæ b et contre les infections à pneumocoque (Streptococcus pneumoniæ) sont des vaccins obligatoires. Les injections sont réalisées avec 8 autres valences (DTP - Diphtérie Tétanos Poliomyélite -, ROR - rougeole, oreillons et rubéole -, hépatite B et méningocoque C).

Aucune sanction n'est prévue pour les parents d'un enfant non-vacciné mais celui-ci ne sera pas admis en collectivité (crèche, école, centre de loisirs, etc.). Le maintien de l'enfant en collectivité est subordonné à la justification chaque année de la réalisation des vaccinations obligatoires (décret n° 2019-137 du 26 février 2019, venu compléter l'article R. 3111-8 du Code de la santé publique). De plus, le non-respect des obligations vaccinales par les parents est un motif de démission légitime pour les assistants maternels, c’est-à-dire ouvrant droit aux allocations chômage (décret n° 2019-797 du 26 juillet 2019).

À noter : les enfants nés avant le 1er janvier 2018 ne sont pas concernés, seul le DTPolio étant exigible pour eux.

La coqueluche est une forme particulière de bronchite aiguë due à l'infection par la bactérie Bordetella pertussis. La coqueluche est une infection particulièrement grave chez les jeunes enfants et les personnes fragiles, voire mortelle chez les nourrissons de moins de 6 mois.

L'Hæmophilus influenzæ b est une bactérie qui provoque des bronchites, mais aussi des pneumonies, voire des méningites chez les jeunes enfants.

Bon à savoir : la vaccination des nourrissons vise à les protéger du risque de bronchite infectieuse présentant un risque élevé de complications graves.

Le vaccin contre les infections à pneumocoque (Streptococcus pneumoniæ) permet de protéger contre les infections dues au pneumocoque responsable des bronchites et des pneumonies. La vaccination est par ailleurs recommandée tous les 5 ans pour les personnes atteintes de bronchites chroniques, car les infections à pneumocoque présentent un risque élevé de complications chez ces patients.

Précision : ces vaccins ne permettent pas de protéger contre toutes les bronchites infectieuses, mais ils permettent de protéger toute la population contre des risques de complications ou des catégories de sujets à risque contre certains agents infectieux.

Vaccin facultatif

Le vaccin contre la grippe saisonnière n'est pas obligatoire, bien qu'il soit recommandé par les autorités. Le virus de la grippe peut provoquer une bronchite virale. La vaccination des personnes à risque (bronchitiques chroniques ou autres pathologies chroniques) et de certaines personnes fragiles (nourrissons, femmes enceintes, personnes âgées*, personnes obèses) permet d'éviter la survenue de formes compliquées de bronchite. Ceci dit, la Haute Autorité de santé (HAS) recommande l’extension de la vaccination contre la grippe saisonnière à tous les mineurs de 2 à 17 ans, cette population représentant « le réservoir de la grippe », selon les experts.

*La réponse immunitaire pouvant être moindre chez les personnes âgées, le vaccin Efluelda® qui contient une dose d’antigènes 4 fois plus élevée que les autres vaccins a obtenu une AMM en avril 2020 dans l’indication « immunisation active des personnes âgées de 65 ans et plus pour la prévention de la grippe » et fait partie du calendrier vaccinal 2023-2024.

Bon à savoir : le vaccin contre la grippe de la saison 2018-2019 a eu une efficacité vaccinale médiocre chez l’ensemble des personnes à risque. Elle n'aurait été que de 59 % contre le virus A(H1N1)pdm09 et de 19 % seulement le virus A(H3N2), la souche prédominante. Cela tient au fait que les vaccins sont produits 6 mois avant l'apparition du virus et qu'il est donc difficile d'évaluer les souches virales qui surviendront au cours de l'hiver (source : Santé publique France, 6 février 2019).

Cette vaccination est recommandée et prise en charge tous les ans pour certaines catégories de personnes. Les personnes concernées reçoivent en septembre une invitation et un bon de prise en charge de la part de l'Assurance maladie. Ce dernier permet de retirer gratuitement le vaccin chez le pharmacien et de se faire vacciner par le professionnel de son choix : médecin, pharmacien ou infirmier (les mineurs de moins de 16 ans doivent bénéficier d'une prescription médicale préalable à la vaccination).

À savoir : dans un avis rendu le 27 septembre 2021, la HAS recommande d'administrer le vaccin contre la Covid-19 et le vaccin contre la grippe le même jour. Elle précise qu'aucun délai n'est nécessaire entre ces deux vaccinations.

Ces pros peuvent vous aider